Le négationnisme

Des archives secrètes vont être rendues publiques

Le révisionnisme est le résultat de l’esprit critique. Sachant que l’histoire a été écrite par les vainqueurs, les anecdotes historiques peuvent s’éloigner grandement de la réalité. Embellir des faits au bénéfice des pays, des personnages notables qui ont marqué certaines périodes.

On se doit de douter de tout, Bouddha le disait :

Doutez de tout et surtout de ce que je vais vous dire.

De là à en faire un style de vie (cf. la zététique), il y a un pas que je ne franchirai pas.

Une amie archéologue m’a dit un jour que l’Histoire est faite d’anecdotes. Je n’avais pas compris. Bien qu’en définitive, c’est assez simple de saisir le sens de cette affirmation, je ne m’étais jamais intéressé à l’histoire davantage qu’une personne lambda (voire beaucoup moins), et les exemples me manquaient pour imager la chose.

Petit point dialectique : est-ce qu’anecdote est synonyme de détail ? Lorsque je cherche le mot détail sur synonymo.fr, je ne trouve pas anecdote. Et vice-versa. Détail est beaucoup plus général qu’anecdote. Tandis que le mot anecdote signifie : petit fait historique. Petit…

Peut-on considérer que l’idée même que certains des alliés (les USA, les Anglais, et les Russes) savaient dès 1942 que les Nazis massacraient des Juifs et allaient continuer de le faire comme un petit fait historique ? Comme une anecdote ? J’en doute.

Rester neutre face à l’injustice, c’est avoir choisi son camp, soutenir le statu quo.

Cette citation du Prix Nobel de la Paix, Desmond Tutu, je m’en sers souvent. Généralement, c’est pour argumenter lorsque je parle de la Palestine. Ici, elle prend tout son sens…

Les camps de concentration, le massacre des Juifs, est un élément crucial de l’Histoire. Une pierre rouge, couleur de sang, placée sur notre passé commun. Les alliés ont su dès 1942 que des Juifs étaient massacrés et que les Nazis prévoyaient de continuer, et ils n’ont rien fait (ou si peu) pour secourir ceux qui étaient déjà emprisonnés dans les camps. Ils avaient d’autres priorités, dira-t-on : le communisme. Mais cet élément changera le point de vue de beaucoup concernant toute cette période, et c’est bien dommage qu’on n’ait pas pu le savoir avant, ça aurait pu éviter de mettre dans la tête d’écoliers cette impression de bienveillance des alliés qui en réalité sont complices pour les trois grands, certaines entreprises se sont très bien arrangés de ce massacre (la SNCF, l’Oréal, LVMH, Renault, etc.). Cela dit, quand bien même ce soient des archives déclassifiées de l’ONU, est-ce que cette information est légale en France ? Peut-on s’en servir sans s’attirer des foudres judiciaires ? Rien n’est moins sûr.

Je me suis toujours demandé ce que venait foutre dans le panel législatif français, cette clause qui interdit de remettre en cause quelque élément que ce soit s’il concerne la 2e guerre mondiale. Au point d’ailleurs d’attribuer un mot différent du reste pour ça : le négationnisme (alors que tout doute de ce qui ne concerne pas la 2nde guerre mondiale est appelé révisionnisme). Ça empêche n’importe qui de faire des recherches, de contester certains faits qui sont communément admis comme tels, enseignés dans les écoles de la République, possiblement faux outre mesure… C’est une utilisation abusive de la loi Gayssot qui a été mise en œuvre dans une intention bien plus générale que la simple idée de nier la Shoah.

La Shoah a eu lieu, il n’est pas question de remettre ça en cause. Par contre, les raisons pour lesquelles elle a eu lieu, pour moi elles sont troubles. Entre ce qui est raconté dans les manuels, et la réalité du terrain, avec tous les petits intérêts entre les uns et les autres pour relier le tout, il y a des années lumières. Je ne me mouillerais pas tellement en affirmant que ça arrange certains pays et familles (pas forcément juives, me faites pas dire ce que je n’ai pas dit), cette interdiction de douter publiquement sur ces points précis.