À une semaine du 1er tour

Qu’une chose soit claire : aucune maxime, aucun dicton, ne vaudra jamais autorité et l’inverse peut être vrai aussi. Mais en des temps précis, certains conviennent très bien aux événements.

Les promesses n’engagent que ceux qui les croient.

Pourquoi un candidat aux élections présidentielles ferait-il ce qu’il a promis ? Dans quelles mesures un programme politique serait-il davantage respecté qu’un autre ? Voilà la question que je me pose. A une semaine des élections d’ailleurs. Bien que je me la sois posée avant. Je suis abstentionniste, mais de plus en plus souple dans beaucoup de mes idées. Or cette année j’ai eu envie de changer une habitude, pour une fois, pour essayer comme ça.

On ne dit pas « j’aime pas » avant d’avoir goûté.

Bon, en fait elles font chier ces maximes. Elles peuvent toujours aller contre les convictions profondes… Et puis d’après cette fameuse règle de français, qui n’a rien à voir avec une idéologie quelconque, mais qui signifie qu’on doit accorder avec « on  » lorsqu’il est employé à la place de « nous  »… « on  » est un con. Et il m’est souvent arrivé de me dire que se contenter d’une simple amélioration sociétale n’était pas intéressant voire empêchait d’espérer tout changement radical.

Le mieux est l’ennemi du bien.

Mais tout de même. Étant déjà bloqué sur un vote précis, un candidat, stratégiquement, d’autres appellent ça un vote intelligent, je suis allé voir son programme, lui qui soi-disant, n’est pas un homme d’extrême-gauche – ce sont ses mots directs déclarés en vidéo dans l’interview des lecteurs du Parisien du dimanche 16 avril, repris par nombre de journaux. C’est le phagocytage habituel de la presse, qui selon Acrimed ne serait pas le 4e pouvoir (au passage, c’est gratuit).

Moi j’aime bien Acrimed. C’est un tout petit média français qui décortique la presse en permanence, qui se jette sur beaucoup de petits détails croustillants dès que ça sort des clous dans une toute relative ignorance de la plupart des gens. Allez, tout le monde n’ignore pas ce type de médias, et heureusement. Mais si on devait voir ça sous forme de pourcentage, on serait très loin de la globalité.

Revenons à nos moutons.

Nos moutons : les élections. Présidentielles. Voter, c’est évoquer la trahison, disait Élisée Reclus, un anarchiste. Il s’adressait à ses « Compagnons ». J’ai toujours été fasciné par la familiarité avec laquelle parlent les anarchistes, mais aussi les communistes, quand ils s’adressent aux autres.

Je ne suis pas d’extrême gauche non plus, comme l’a déclaré Mélenchon (voir tout premier lien). Je suis anarchiste, c’est à dire hors de tout clivage politique. Mais j’en suis un légèrement opportuniste si je puis dire : je me fais ma propre anarchie, sans suivre à la lettre les grandes lignes de bases, ni d’une branche précise de ce mouvement. D’ailleurs, il en contient une totalement antinomique, de branche, je l’ai découverte récemment : l’anarcho-royalisme. L’anarcho-capitalisme existe aussi si vous voyez le tableau. Et si on va par là, on devrait trouver sans trop se fouler des anarchos-nationalistes… Grimace. Beurk.

Bon, je n’ai pas de mépris pour les sympathisants des sous-mouvements que je viens de citer (quoique je tique un peu pour les capitalistes, et les natios) et je ne mets pas tout le monde dans le même panier. Chacun a ses idées qui peuvent diverger. Finalement, il y a autant d’idées que d’individus. Et tant mieux, la pensée unique, je déteste ça. Mais bon, y a des limites…

Bon, mais alors, si Mélenchon n’est pas d’extrême-gauche, est-il seulement communiste ? Non. Tout simplement parce que les grandes idéologies politiques, telles que les penseurs de base les ont développées, n’existent plus aujourd’hui. Enfin, si, elles existent, mais édulcorées. Ces idéologies ont pourri avec le pourrissement de la société, certes, mais ce n’est pas mon propos, cela dit je tenais à le souligner. Et la politique de Mélenchon, aussi prometteuse soit-elle (mais les promesses n’engagent…) concernant tous les points de son programme, est loin de la promesse communiste. Elle doit faire avec l’état actuel des choses, démarrer sur une France qui est dirigée par la finance.

Qu’est-ce que « la finance » ? Et finalement, qu’est-ce que l’économie ? Des questions auxquelles je ne vais pas tenter de répondre. Pas tout de suite.

En lisant le programme (réduit) des Insoumis (le parti de Mélenchon), on a en page 15 du contenu un gros titre qui rappelle la base du communisme : PARTAGER LES RICHESSES. Étonnant pour quelqu’un qui n’est pas d’extrême-gauche…

Et en lisant la suite, on peut se dire qu’effectivement, ce programme ne propose clairement pas de communisme, mais du socialisme, qui à la différence du gros parti officiel de ce courant politique, ressemble davantage à l’idée qu’on peut se faire du vrai socialisme. Et pas d’un capitalisme dégueulasse planqué derrière une enseigne socialiste. C’est bien beau, mais pourquoi croirais-je le parti de Mélenchon davantage que les autres (qui pour certains ont dû changer de noms plusieurs fois pour faire oublier quelques casseroles) ? Une autre question me vient : est-ce qu’un seul homme qui fut élu président a déjà tenu toutes ses promesses électorales ? Quelques promesses, probablement, toutes c’est moins sûr.

Pour se faire élire, un politicien a besoin d’électeurs, logique. Et pour les attirer, doit-il leur promettre la lune ? Mais… les gens sont-ils toujours aussi cons pour croire les aberrations qu’on leur raconte ? Je ne pense pas. La masse, oui, mais les gens individuellement les uns des autres, non. Mais qui élit le président de la république ? Sont-ce les individus ou la masse ?

J’avance dans le programme, et j’ai un peu de mal à trouver certains points qui m’intéressent : les APL (l’aide au logement). Heureusement que je sais me servir des moteurs de recherche… Un petit « l’avenir en commun » APL et je tombe sur une page intéressante qui parle de la même promesse que dans un ancien document (l’humain d’abord, le programme du front de gauche pour les présidentielles & législatives de 2012). Supprimer le mois de carence (voir illustration ci-dessous)… Bien. Mais il n’est plus question de supprimer le caractère rétroactif de l’APL, comme à l’époque. Bon, c’est toujours ça, pour peu qu’on puisse faire confiance à une personne qui vise la tête de l’état. Ses adhérents et ses sympathisants, eux, semblent lui faire confiance. Moi, c’est autre chose, mais je vise un vote stratégique. Comme beaucoup de monde, ce sera par dépit : j’envisage de voter pour le moins pire. Pire par rapport à mon idéal sociétaire. Le moins pire, parce que les meilleurs n’ont aucune chance de passer au second tour…

image4643
avenirencommun.fr

Dans les promesses ci-dessus, faites aux associations d’aide au logement, on parle du bout des lèvres de l’utilisation de la loi DALO (droit au logement opposable) de réquisition de logements vides lorsque le besoin se fait sentir. Une loi que des associations ont obtenue difficilement, et qui n’est pour ainsi dire presque jamais appliquée (voir image ci-dessous). D’ailleurs, un exemple assez représentatif du cynisme avec lequel l’état se fout de la gueule des associations lorsqu’elles font appel à cette loi, c’est cette vidéo du magazine Striptease, qui m’a été suggérée par mon pote drag0n : les tontons squatteurs diffusé en 2009 sur la troisième chaîne publique, un an après la mise en place de cette loi. L’histoire se passe à Lille. Et évidemment, la réquisition de l’immeuble s’est soldée par l’intervention de la police et sa fermeture.

image4705
Wikipedia

Moi, si j’écoutais mes convictions sans chercher à voter stratégiquement, je choisirais un des « petits  ». Nathalie Arthaud, ou Philippe Poutou. Seulement, les élections en France n’ont rien de juste, elles font en sorte que d’autres, le plus grand nombre, la masse, qui lorsqu’elle est masse, est stupide, je l’ai dit plus haut, choisissent pour nous. En faisant ça en deux tours. Comment se fait-ce que ce soient les plus truands qui soient en tête ? Truands si on regarde leur background judiciaire. C’est simple, la masse aime les truands.

Manifestement, Mélenchon est toujours vierge de toute affaire louche passée, c’est le seul favori qui l’est. Et pourtant, malgré ce détail, malgré les idées qu’il véhicule (mais peut-on…etc.), j’ai un peu peur qu’il ne soit pas présent au second tour. Je ne veux pas regarder les sondages (je vais pourtant le faire), ils sont portés par des médias qui ont des intérêts à les truquer en faveur de Macron & Le Pen. Pourquoi ? Simple.

Parce que ces médias veulent que Macron passe. Au second tour Le Pen n’aurait aucune chance contre lui. On a pu voir ce scénario par le passé, lorsque son père à elle, s’était retrouvé en face de Chirac. Il y a eu 80 % de votes contre Le Pen, simplement pour le bloquer. Outre les idées nauséabondes du FN, ce parti a toujours été présenté comme «  ce qu’il ne faut pas ». Et la masse, toujours la masse, qui n’a pas d’esprit critique, ne marche pas, elle court. Mais pourquoi donc les médias dits traditionnels (la presse, la télévision, la radio) voudraient-ils que Macron passe ?

Car sa politique, qu’on peut d’avance savoir ressemblante à celle de Sarkozy & son successeur Hollande, ultra-libérale, capitaliste, arrangerait les chefs, les «  journalistes » salariés très bien payés, et tous les actionnaires de ces grandes enseignes. Elle arrangerait les multinationales, qui ont des pôles lobbyistes qui dirigent le(s) pays au détriment des 90 % du (ou des) peuple(s), manipulé(s). Et quand je dis 90, je suis en dessous de la vérité.

Si Macron passe, il n’y a aucune chance d’un quelconque changement bénéfique pour nous. Nous resterions dans le scénario dans lequel nous sommes depuis des lustres. Et le pire dans tout ça, c’est qu’il a énormément de chances de passer. Ce type qui est né la même année que moi, deviendrait le chef de l’état. Hécatombe.

Il a 39 ans Macron. Alors ça, c’est un faux argument contre lui. Finalement, on se fout qu’une personne relativement jeune si on compare à tous les présidents d’avant, devienne président. C’est pas ça le problème. Y en aura toujours qui diront (et qui le croiront) qu’il est nécessaire d’avoir une certaine maturité pour avoir la trempe de gouverner un pays. Et que cette maturité commencerait à un certain âge, pas trop vieux quand même, mais pas trop jeune non plus. Où est la limite ? Mettons qu’ils la fixent à 50 ans. C’est un exemple. Donc à 49 ans, ou à 48 ans, ce serait trop jeune ? Et poussons l’absurde : à 49 ans 11 mois et 30 jours, ce serait trop jeune aussi… ?

Chaque jour, comme pas mal de mes pairs, je strie la presse, cette même presse que je fustige. Cette période pré-électorale est stressante. Mais elle fait discuter, Jean-Pierre, Jean-Paul, et Jean-Mohamed parlent politique. Et tous ces Jean le font avec plaisir, ferveur, parfois peur un peu, quand est évoquée la fille Le Pen par exemple, mais moins quand est évoqué Macron ou Fillon. Comment-se fait-il que les gens aient moins peur de ces derniers que de l’autre ? Parce qu’ils ne semblent pas racistes comme l’autre ? Simpliste, mais parfois les réponses les plus simples sont les meilleures. Quand quitterons nous cette oligarchie, ploutocratie ? La masse, avec qui parfois (c’est con je sais) je me solidarise a appris des mots savants ces dernières années, faut dire qu’ils sont foutrement représentatifs de ce qui se passe depuis… Depuis quand ? D’ailleurs…

Condensé des sondages
Condensé des sondages

La suite au prochain épisode.

Comment juger un candidat (Osons causer)

Voici une méthode que je trouve beaucoup plus intéressante que celle que, grand naïf que je suis, j’utilisais depuis peu, ayant décidé de changer mes habitudes électorales et de me donner, pour une fois, la possibilité de voter dans le cas où j’en aurais envie aux prochaines présidentielles. J’ai toujours été abstentionniste, et j’ai cru sentir un vent nouveau souffler pour 2017. Sans aucune certitude, d’ailleurs la carte d’électeur que j’ai « commandée » à la mairie, je ne suis pas convaincu que je vais m’en servir. Et donc, j’ai écouté surtout les voix, analysé les mimiques, les comportements, les façons de se tenir, de laisser ou non parler ses interlocuteurs, de faire les questions et les réponses sans que le côté rhétorique des questions soit pourtant évident, de certains politiciens (pas ceux dits « de droite », eux, franchement, je m’en contrecarre, et même si j’avais voulu, j’ai commencé à m’intéresser au problème bien après que soit fini le cirque de la primaire de ce qu’on appelle encore « la droite », selon moi à tort ou alors ils sont tous de droite).

Mais soyons réalistes, ils ont les moyens de se faire coacher pour mentir sans en avoir l’air, pour justement se faire passer pour ce qu’ils ne sont pas. Ainsi j’ai trouvé par exemple, Macron, plus sincère que les quelques autres de son parti (pourtant définitivement mort avec Hollando-Valls), et ce non pas dans les mots qu’il utilise, mais bien dans le ton de sa voix. C’est une méthode plus instinctive que de se baser sur le contenu de ce qu’on entend, mais qui me semblait bonne. Or, elle est risquée. Même très risquée. Quoi qu’il en soit, je n’ai toujours pas choisi quel candidat est selon mon petit jugement subjectif, moins pire, semble-t-il, que les autres. Car c’est bien l’idée, tel que le système est fait, lorsqu’on vote, on ne vote pas pour le meilleur, mais bien le moins pire… ! Enfin, ça me paraît logique.

Bref, la méthode décrite dans cette vidéo est beaucoup plus pragmatique que celle que j’utilisais, et qui était déjà peu conventionnelle. Celle-ci fait travailler la mémoire, force peut-être à lire davantage, à se documenter… Lire des choses indépendantes évidemment, je ne parle surtout pas de sondages, qui sont pour moi le summum de la connerie.

Tout est dit

« Nous critiquons le caractère illusoire et mensonger de la « démocratie parlementaire » qui masque le pouvoir du mode de production capitaliste sur la société. La possibilité de choisir les dirigeants de l’État et les législateurs ne peut être dissociée de la structure hiérarchisée de l’État, ni de sa fonction de gestion du capitalisme. Le système parlementaire fait du citoyen un électeur passif, qui délègue son pouvoir à des dirigeants qui ne pourront pas agir contre les intérêts essentiels des classes capitalistes. » Alternative Libertaire

Les élus ne représentent qu’eux-mêmes !

Le FN veut rendre l’école payante pour les enfants d’étrangers

Aujourd’hui je voulais dire quelque chose qui va peut-être choquer des personnes, et tant pis (allez jusqu’au bout, vous comprendrez) :

Merci Marine Le Pen !

Oui merci vraiment. Grâce à toi, grâce à toutes les conneries que tu es en train de faire, ma propre mère qui était il y a peu, encore pour ton parti, enfin pour celui de ton père, se désolidarise de toi. Alors merci !

Il y a une chose qu’elle ne sait certainement pas, mais qui si elle l’apprenait, terminerait le travail. C’est ta récente prise de position quant à la scolarisation des enfants d’étrangers, qui selon toi ne devrait pas être gratuite pour eux. Tu cherches à toucher ainsi à une valeur française qui reste immobile depuis bien longtemps, et qui est positive – malgré tout le mal que je pense des côtés élitistes de l’école française qui met au ban énormément d’élèves, qui dégoûte du système scolaire des adolescents au point qu’ils délaissent les salles de classe pour aller traîner dans les rues, qui privilégie les foyers des classes sociales les plus hautes en faisant tout pour que les écoles publiques soient médiocres tandis que les écoles privées aux prix ahurissants sont des modèles, etc. – car n’importe quel enfant peut y apprendre à lire et à écrire, à compter, disposer de manuels scolaires, et ce gratuitement.

C’est suite à une longue conversation téléphonique que j’ai eu avec elle, que je peux affirmer ça aujourd’hui. Et tu sais vers qui elle se tâte de se diriger ? Vers Mélenchon… C’est dingue pas vrai ? Alors merci. Et puis tu sais, ta nièce là, la députée de la 3e circonscription du Vaucluse, conseillère régionale de la région PACA, tout ça du haut de ses 27 ans (qu’on se demande même pas si elle a été pistonnée, vu le niveau qui rase les pâquerettes auquel elle se trouve, que si fallait réinventer les cons, elle aurait de grandes chances de finir dans les premiers), elle n’est pas irresponsable dans sa prise de décision, à ma mère. Tu peux aussi la remercier de ma part.

Mais y a un autre petit détail auquel cette chose me fait penser… C’est un détail qui me semble assez logique : si une personne comme elle se désolidarise de toi, surtout en ces temps de campagne présidentielle, alors à mon humble avis, elle ne doit pas être un cas isolé. Car tu es en train de te mettre à dos des gens qui faisaient confiance à ton parti politique depuis belle lurette ! Et tu vois, ça, eh bien ça me laisse pas mal d’espoir pour cette élection. Sachant que les français ne sont pas amnésiques, que les deux grands partis principaux ont déjà eu des représentants en tant que présidents, et que ceux-là ont laminé le pays, le laissant à feux et à sang à leur départ… Ton grand copain Sarkozy qui t’a carrément piqué des idées et qui les a appliquées, en plus, le sagouin ! Ou plus récemment, notre actuel président, et son grand ami Manuel, lui aussi a valsé avec les idées d’extrême droite, tes idées… Et que bon, c’est vrai que nous les Français, on n’a pas inventé l’eau chaude (dixit Didier Super), mais qu’on n’oublie pas, en tous cas pas si vite. Là c’est trop frais. Et donc, tout ça, ça me laisse une banane sur le visage, tu la verrais ma vieille… !

Allez, bonne bourre !

http://www.revolutionpermanente.fr/Le-FN-veut-abroger-le-droit-a-la-scolarisation-gratuite-des-enfants-d-etrangers

L’ébullition actuelle du net

Il y a quelques années, j’avais voulu me servir du système de commentaire de Youtube, et j’avais été relativement repoussé par la présence de nombreux trolls sur cette plate-forme, outre l’obligation de devoir créer un compte sur Google. Techniquement, pour pouvoir utiliser certains outils du moteur de recherche, il faut avoir un compte. Et depuis un certain temps déjà, Google a racheté Youtube, ce qui fait que le compte nécessaire pour commenter dessus dépend directement de celui de Google. Le monopole de ce dernier, sur le net, s’est étendu à cette plate-forme de streaming légal après le rachat. Il s’y est créé toute une communauté qui a progressivement pris le pas sur le trollage omniprésent sur place, bien que cette pratique y soit toujours de mise. Youtube a ses propres règles parfois arbitraires (dont la censure sur délation, comme facebook au demeurant), son propre jargon très américain, même pas anglais, mais bien américain, et sa façon de fonctionner non moins américaine. Mais quoi qu’on pense de tout ça, c’est là que se jouent beaucoup de choses, et pas ailleurs. Pourtant il existe d’autres plates formes de streaming (c’est comme ça que ça s’appelle), mais les œillères en la matière sont quasi obligatoire, et c’est là qu’il faut être si on veut avoir la chance de participer à certains débats que je trouve vraiment intéressants. Même le débat politique pour la présidentielle, de par la présence et l’interview des candidats dessus ! C’est quand même quelque chose… Car il n’y a plus guère que les personnes âgées, et ceux qui s’accrochent à leur vieux monde, qui s’intéressent à la télévision, bien qu’elle pèse tout de même dans la machine infernale électorale. Les rares extraits intéressants des émissions qui circulent sur la TV (il en reste mais par bribes) sont diffusés par des personnes lambda qui les ont enregistrées. Diffusés où ? Sur Youtube.

Mais c’est tout de même passionnant de voir, d’observer, voire de participer aux débats, et même ça donne envie de s’en servir autrement qu’en commentant, c’est à dire en faisant ses propres vidéos. Personnellement j’avais fait quelques petits montages, soyons honnêtes : nuls. J’avais aussi mis en ligne une vidéo filmée à Montreuil, que j’avais dénichée sur une liste anarchiste de diffusion par email, donc qui n’était pas de moi. C’était une personne qui habitait cette grande ville de banlieue voisine d’un squat qui avait été expulsé manu militari par une mafia hyper violente, et qui avait tout filmé de sa fenêtre à l’aide d’un téléphone portable. Je m’étais donc permis de mettre ça en ligne pour que ça sorte du cercle des anars qui s’envoient des informations alternatives en interne, car j’avais été choqué, ayant vécu moi-même en squat, m’étant fait expulser avec des copains et des copines par une horde de gendarmes, mais dans une certaine ambiance relativement calme malgré le fait qu’il avait fallu que nous déménagions avec nos chiens, que nous nous étions donc tous retrouvés de nouveau à la rue (que nous connaissions déjà assez bien), que cet endroit était resté inoccupé après notre départ, qu’on ne dérangeait personne excepté une vieille pie qui pouvait nous voir, en vis-à-vis, de sa fenêtre située à environ 50 mètres, et qui était scandalisée par notre présence. Faut dire qu’on était une bande de punks, et que dans un quartier résidentiel, ça fait tâche. Bref. Je m’étais senti concerné par cette vidéo également du fait que j’avais aussi vécu, toujours en squat, à Montreuil-même, et que les rapports avec les voisins étaient très difficiles malgré le fait encore une fois qu’on ennuyait concrètement personne. Nous étions obligés de passer par-dessus une herse avec nos chiens, car comme pour le squat dont je viens de parler, la grille n’était jamais ouverte, restant verrouillée non pas pour nous empêcher de passer parce qu’on passait quand même, des squatteurs n’ont jamais été réellement arrêtés par une grille fermée, mais bien pour nous mettre des bâtons dans les roues. Pour en revenir à la vidéo, je l’avais mise aussi parce que je m’étais senti solidaire des personnes qui s’étaient faites frapper par cette milice, que les flics avaient soutenue, jamais ils ne les ont empêchés d’agir malgré toute la violence qu’ils ont employée. Ça les arrangeait ces flics. Et donc, cette vidéo avait fait plus de 100’000 vues à mon grand étonnement. D’ailleurs pour la petite histoire, passé un certain nombre de vues, Youtube m’avait contacté en me proposant de mettre de la pub dessus, chose que j’avais refusée catégoriquement, car comme je l’ai dit plus haut, déjà la vidéo n’était pas de moi, et de plus, ça aurait été en totale contradiction avec mon positionnement et la motivation qui m’avait poussé à mettre cette vidéo en ligne. C’était il y a environ 5 ans. Ce compte est resté, et je m’en sers encore pour commenter notamment.

Ce qui se passe en ce moment, et c’est dommage que ça se limite surtout à Youtube qui détient ainsi un monopole sur le streaming légal, bien que les autres plates formes vivent aussi, mais pas dans la même mentalité, est donc très intéressant. Je viens de passer quelques semaines à strier des vidéos des comptes (des chaînes) qui me paraissent les plus intéressants. La plupart sont des chaînes de personnes lambda, provenant pas du tout des médias officiels, mais y en a aussi qui proviennent de ces médias. Pendant ces semaines, j’ai pu voir des débats entre youtubeurs et c’est ça qui m’a le plus intéressé. Car il y a des personnes qui font l’effort de tenter de réunir des gens de tous bords idéologiques, et j’insiste car parmi les participants il y a aussi des ultra… Mais modérés dans leurs propos lors des débats, moins sur leurs chaînes. Car pour qu’un débat se passe bien, il faut un certain respect entre les participants. Une certaine tolérance aussi. Alors moi ça m’intéresse. Surtout parce que je suis dans une remise en question quant à ma propre tolérance. Être discriminatoire envers une personne raciste parce qu’elle l’est, c’est pratiquer une forme de racisme… Quoi que… Le racisme concerne la couleur ou l’origine des gens, et non leur idéologie, le mot est mal choisi. Mais je ne changerai rien à ce que je viens de dire. Dans mon dernier billet, j’ai évoqué mon avis concernant l’union des français, pour qu’on puisse tous converger sur un point qui nous oppresse, nous qui provenons des classes sociales relativement défavorisées. Qu’au lieu de se taper dessus entre petits, on devrait oublier au moins temporairement nos divergences d’opinion pour arriver tous ensemble, à faire cesser l’oppression du haut de la pyramide. Et la période actuelle s’y prête justement très bien, puisqu’on approche des présidentielles. Et malgré ça, je ne pense pas qu’on y arrivera, car la plupart croient en un certain leadership. Croient que c’est en comptant sur une seule et unique personne qui représenterait tous les français, que beaucoup de choses pourront s’arranger. Mais ce modèle a prouvé depuis longtemps son inefficacité. Que lorsqu’une personne est montée au créneau, elle se corrompt progressivement. Et donc je ne pense pas qu’on pourra y arriver tout simplement parce que les uns voudront élire un-e-tel-le, qu’ils pensent davantage les représenter, et les autres, un-e autre. Et qu’il n’existe que quelques très rares exceptions de personnes intègres qui pourront arriver à dépasser la barrière des 500 signatures et se présenter, et que ceux-là, celles-là, se feront laminer au premier tour, comme toujours.

Pour sortir de ce système oligarchique, ploutocrate (j’adore ces mots à la con), sans violence, on devra pourtant passer par là. Par l’élection d’un leader. Et je trouve ça lamentable. Pour ma part, je n’ai aucune envie de déléguer mon droit de parole à quelqu’un. Je n’ai pas du tout confiance en ce système républicain. Et je préconise toujours la violence, mais pas n’importe laquelle. Je suis non-violent, certes depuis peu. Je l’étais il y a trois ou quatre ans déjà, mais on m’avait fait remarquer très justement (et je ne l’avais pas accepté dans un premier temps) que verbalement, ce n’était pas le cas. D’ailleurs j’ai retrouvé des écrits à moi de l’époque, extrêmement virulents, et là, en les relisant, j’ai compris à quel point j’avais changé. Alors attention, je ne dis pas du tout que ça y est, je suis irréprochable. Non. J’ai encore pas mal de chemin à parcourir, j’en ai conscience. Mais le paradoxe entre y a 7 ans par exemple, et aujourd’hui, dans mon comportement verbal, lors de débats, lors de la rédaction de textes comme celui-ci, est énorme. Alors je suis relativement content d’observer ça. Car à cette période, lorsque je faisais face à quelqu’un qui m’insultait, je n’hésitais pas à lui en mettre plein la gueule. Aujourd’hui, j’agis différemment, même s’il est clair que je ne l’ignore toujours pas, car j’ai beaucoup de mal avec cette convention qui dit qu’il faut ignorer un interlocuteur lorsqu’il dépasse certaines limites, faire preuve d’indifférence, et d’ailleurs je la trouve hypocrite. Car la plupart des personnes qui agissent ainsi sont souvent touchées dans leur petit ego, et font semblant d’être indifférentes. Pas toutes, c’est clair, mais la plupart. Alors aujourd’hui, lorsque quelqu’un dépasse mes limites à moi, je reste calme, mais je tente de continuer de débattre, et je m’arrête si je juge que vraiment, ça ne sert à rien de continuer. Je pense que c’est la meilleure des solutions pour ne pas perdre la face, ni sa crédibilité.

Je suis toujours anarchiste, je pense que ça ne changera pas ça. Et je suis toujours punk, et ça non plus ça ne changera pas. Je suis toujours en colère contre ce système, contre certains raccourcis faciles que font des personnes avec qui ça ne me dérange pourtant pas de discuter, et qui les met (ils s’y mettent eux-mêmes) dans des cases. Celle de l’anarchie car c’en est une aussi de case, a pour particularité d’être déverrouillée, libre, de ne pas avoir de murs ou des murs pleins de trous assez grands pour pouvoir s’y glisser et partir ailleurs. Il n’y a aucune autorité que je reconnaisse en tant que telle, aucune loi sauf celle du bon sens, aucune légitimité dans le professionnalisme mais je respecte la culture qu’a acquise un professeur par exemple, autant que celle d’un SDF qui a acquis une certaine connaissance grâce à l’école de la rue. C’est mon positionnement, et malgré le mépris qu’on pourra me prodiguer à cause de celui-ci, ou à cause de certains points de mon vécu, que j’assume, je m’y sens bien. Ce mépris justement, est pourtant la principale barrière qui bouche la communication entre les gens. La notoriété de quelques personnes qui vont donc regarder de haut ceux et celles qui en ont moins, me fait penser à la lutte des classes. Et ça me rappelle encore qu’il ne faut surtout pas s’arrêter de lutter, garder la tête haute, ne pas tenir compte de ces comportements que j’estime stupides, qui sont la preuve de l’énorme problème sociétaire qui dure depuis trop longtemps, qui a commencé bien avant ma naissance, bien avant la révolution industrielle, bien avant le moyen-âge même, et que pour aider l’être humain à s’élever spirituellement afin qu’on puisse changer d’ère et je pèse mes mots, on se doit de commencer en soi, en son centre, et ça passe par là : la confrontation à ces comportements, par la mise en lumière de leur nuisance. Car j’entends des gens dire qu’ils ne faut pas juger les autres alors que j’ai tendance à penser qu’ils le font, mais sans forcément en avoir conscience, car on ne me retirera pas l’idée que pour cesser de juger lorsqu’on a eu une éducation occidentale, on doit faire un travail sur soi qui dure des années, et qu’on ne peut pas en sortir de par une simple décision : « j’arrête de juger à partir d’aujourd’hui ». J’en ai parlé longuement dans d’autres posts (cliquer sur jugement au bas de cet article dans les tags).

Maintenant je vais faire une petite synthèse de quelques commentaires que j’ai fait sous certaines vidéos, et qui risquent d’être noyés au milieu de tous les autres. Non pas qu’ils sont particulièrement mieux que ceux des autres, mais ce sont les miens, tout simplement, et ils traduisent ma façon de penser.

J’ai parlé hier par exemple, du nationalisme. C’était sous la vidéo d’une jeune fille Belge qui tentait de comprendre le point de vue de français adeptes de cette idée, et qui comparait avec l’Afrique, avec son pays d’origine : le Rwanda. Elle se demandait si elle n’aurait pas été nationaliste dans une situation similaire (c’est à dire, si dans son pays vivait une population hétéroclite), si elle avait eu la possibilité de rester dans ce pays, qu’elle a quitté si j’ai bien compris, avec sa famille quand elle était très jeune, pour éviter de se faire tuer tout simplement. M’est avis qu’elle a dû partir de là-bas à l’époque du génocide des Tutsis, bien que je n’en ai aucune certitude. Mais ça me semble logique. Mon positionnement à ce sujet, c’est que je pourrais davantage comprendre un nationalisme Rwandais, de la même manière que je pourrais aussi le comprendre pour plusieurs pays d’Afrique qui ont été pillés et colonisés, oppressés, par les Européens. Que je le comprendrais et l’accepterais plus que celui des Français qui ne veulent pas que des étrangers viennent chez eux. Car eux, dans leur positionnement, ils ignorent (ou font abstraction volontairement ou non, pour des raisons qui leur appartiennent) certaines parties de l’Histoire, et la raison qui fait que des personnes étrangères viennent chez nous. Je ne dis pas qu’ils sont incultes, certainement pas, qu’ils ne connaissent pas cette Histoire, mais qu’ils ne la prennent pas en compte pour leur explication de la situation qui les dérange. Donc pour conclure, le nationalisme en Afrique, d’Africains, n’est pas comparable avec celui des Français.

J’ai parlé aussi du racisme anti-blanc, sous une autre vidéo de la même jeune fille, c’était pour répondre à quelqu’un qui disait que le terme ne devrait pas exister. Alors que ce phénomène existe pourtant, bien qu’il soit très isolé et qu’il ne porte pas des centaines d’années d’oppression, qu’il peut être une réponse ou une vengeance par rapport à d’autres racismes. Le racisme d’où qu’il vienne, quel qu’il soit, est une forme d’intolérance sur une couleur de peau, sur une origine. Sur la différence donc. Il n’y a pas réellement besoin d’expliquer pourquoi, comment, le racisme est quelque chose de nuisible. C’est un fait, c’est évident. Mais concernant ce phénomène précis, celui envers les Blancs, il est bon de préciser certaines choses. Alors si on compare, ce que je n’aime pas tellement faire, avec celui envers les Noirs, envers les Maghrébins, envers les Juifs aussi bien qu’il s’agisse d’une religion et non d’une origine ethnique, les Juifs provenant de partout dans le monde (mais il existe et c’est certainement un des plus virulents et injuste), envers les Portugais, envers les Hispaniques, les Asiatiques, bref envers tous ceux qui ne sont pas Blancs, le racisme anti-blanc est ridicule. Mais j’insiste sur le fait qu’il existe, et de plus en plus, car les personnes aux faciès différents du mien (car je suis Blanc) se réveillent, et font la même chose en retour ce qu’ils ont toujours vécu. Et sur ce point, bien que je le comprenne, je ne l’accepte pas. Car tous les racismes sont nuisibles pour la communication, pour l’union dont j’ai parlé plus haut et qui est souhaitable pour qu’on puisse sortir de cette société de classes.

« J’adhérerai à SOS Racisme quand ils mettront un s à racisme. » Pierre Desproges

Image : Il semblerait que cette image soit libre de partage et d’utilisation, me le faire savoir si ce n’est pas le cas.

Les élections sont stratégiques et antidémocratiques

Alors je vais commencer par dire que je ne suis pas pour le Front de gauche, ni pour le Parti socialiste, Les républicains, les centristes, encore moins pour le FN, ni d’ailleurs pour aucun parti qui respecterait le système électoral traditionnel, quand bien même il promette des changements. Sur ce point on sait bien en prenant du recul et en observant toutes les dernières élections, que les promesses sont des appâts afin de draguer l’électorat, et qu’elles ne sont jamais tenues.

J’aimerais voir un second tour où on retrouverait un candidat communiste (de type Jean-Luc Mélenchon) en face d’un candidat raciste (de type Marine Le Pen). Cet état de fait provoquerait à tous les coups un sursaut tel qu’on l’a vu lorsque Le Pen est arrivé en face de Chirac, en 2002. Je suppose que ça ferait en sorte que Jean-Luc Mélenchon soit élu. Je ne lui fais pas confiance, il provient comme tous les candidats mainstream d’un milieu privilégié, c’est un Bourgeois. Mais il me semble qu’il y aurait du mieux, même si le mieux est l’ennemi du bien.

Je ne dois pas être le seul à penser ainsi, stratégiquement, il ne nous reste que ça, puisque le système politique en place est radicalement hypocrite. Que les élections sont des pièges à con hermétiques*. Je reste plus ou moins persuadé que Mélenchon ne va pas changer vraiment les choses, il maintiendra le système de la finance aussi puissant qu’il l’est déjà, le capitalisme aussi, mais ça ferait un gros pied de nez à énormément de personnes profondément intolérantes.

C’est tout ce que j’avais à dire.

Image : CC BY – Denis Bocquet (Paris, rue Denoyer – 2014)

* La preuve en est la tentative d’un jeune citoyen, d’obtenir les 500 signatures avec un programme pourtant tout à fait intéressant, et qui a abandonné, dégoûté de ne recevoir que 30 réponses sur les 32012 mairies contactées, où seuls 4 maires ont daignés ne serait-ce que discuter avec lui, et où sur les 30 réponses, il a reçu 30 refus. Lien vers le rapport.