Le porte parole de Macron pris en flag (Ecopla)

Il y a quelques jours, j’ai pu voir une vidéo, extrait d’une émission de France 5, C Polémique (lien de la vidéo au bas de l’article avec d’autres liens), où le rédacteur en chef de Fakir, François Ruffin, était reçu en face de différents participants, dont Christophe Castaner, porte-parole d’Emmanuel Macron. À un moment, François parlait des ouvriers d’une petite entreprise de 77 salarié-e-s, Ecopla (Isère, fabricant de barquettes en aluminium), dont les syndicalistes avaient voulu rencontrer Macron quand il était encore Ministre de l’Économie et il disait qu’ils n’avaient jamais été reçus. Et M. Castaner l’avait mouché en lui disant :

« M. Ruffin, vous étiez où en mai 2015, quand moi j’étais aux côtés de François Brottes, député, et que nous recevions, avec le cabinet d’Emmanuel Macron, les syndicalistes des salarié-e-s d’Ecopla ? » (Christophe Castaner)

Faisant ainsi passer Macron, son patron, devant les milliers de téléspectateurs qui regardaient l’émission, pour quelqu’un qui a su écouter les personnes qui souhaitaient lui parler des problèmes de leur entreprise à l’époque où il était Ministre, et M. Ruffin, pour un menteur, exagérateur, caricaturiste, car c’est bien le mot qu’il a utilisé quand il lui a répondu (caricature). C’est toujours paradoxal de voir un menteur traiter de menteur un interlocuteur, et ce, pour servir ses intérêts.

Alors reste à savoir si l’émission en question va donner un droit de réponse à François Ruffin, et ainsi réparer l’affront qui lui a été fait, non seulement à lui, mais aussi aux salarié-e-s d’Ecopla qui se battent depuis un an pour reprendre en SCOP leur entreprise, mise en faillite par un actionnaire millionnaire.

Pour ceux et celles qui hésitent à voter pour cette crapule aux présidentielles, j’espère que vous vous souviendrez de cette affaire, dont voici quelques liens pour l’approfondir.

Merci patron !

En lisant l’article de Serge Halimi que j’ai suggéré ici-même hier, j’ai noté qu’un film sorti en 2016 avait été réalisé par le journal Fakir, un film dont le sujet était le grand boss himself de l’entreprise de luxe LVMH, première (deuxième selon le PPA qui cite Challenge) fortune de France, Bernard Arnault. Ça tombait bien puisque c’était un peu le sujet de l’article en question. Alors par curiosité, j’ai été voir ce film : Merci patron !

Et j’ai été époustouflé, tenu en haleine du début à la fin, ce qui est plutôt rare pour un documentaire. Il n’y a que les films très polémiques de Pierre Carles qui m’avaient fait cet effet là.

Je ne vais pas vous raconter l’histoire (en anglais, spoiler) sinon vous n’auriez plus aucun intérêt à regarder ça, et je ne saurais trouver les mots pour vous inciter à voir vous aussi cette tuerie. La fausse complaisance pour le milliardaire, du rédacteur en chef de Fakir, François Ruffin, est déroutante mais ne laisse pas de doute une seule seconde sur ses vraies intentions. Les ruses qu’il utilise, les manipulations qu’il réussit, le résultat qu’il obtient, et l’arrogance avec laquelle il sort ce film, tout ça mérite le coup d’œil.