En Europe, 27 % seraient de potentiels violeurs

Les sondages, c’est clairement un outil politique et médiatique utilisé pour insérer dans le débat public des sujets inutiles et souvent nuisibles, aussi pour maintenir des situations de peur globale. Ce qui est dangereux, c’est qu’une grande partie de la population se range volontiers du côté de la majorité alors que la plupart n’avaient aucun avis sur le sujet avant qu’on l’amène sur le tapis. Ça divise encore davantage les gens, ça crée des conflits là où il n’y en avait pas. Pour en revenir à la politique, ça donne des raisons supplémentaires aux dirigeants pour justifier des réformes, des actes, enfin pour faire leur taff de star, et faire les malins devant les caméras.

Généralement, je ne porte aucune importance à ces choses, elles sont les armes des hautes sphères, et je trouve même mesquin qu’une personne située tout en bas de l’échelle sociale légitime ces armes en les considérant. Seulement parfois je fais des exceptions, comme tout un chacun. Les exceptions confirment les règles comme on dit. Et là, je me dois de réagir, parce que quand même faut pas pousser mémé dans les orties ! Merde quoi ! !

Plus d’un quart des crétins interrogés dans toute l’Europe, pensent que violer une fille, une femme, est justifié dans certaines situations. Donc les hommes (puisque 90 % des violeurs sont des hommes), enfin pour plus de 25 % des interrogés – c’est la partie que j’appellerais « les sombres connards-asses » – les hommes peuvent dans certains cas, céder à leurs pulsions dominatrices, voire patriarcales, et outrepasser le consentement d’une personne du sexe opposé. C’est tout simplement violent.

Ça provient certes d’un sondage, et comme je le disais, les sondages puent. En plus, ne suis pas certain que l’échantillon interrogé soit réellement représentatif de l’ensemble. Mais ça fout les jetons quand même faut avouer. Il reste du pain sur la planche pour faire évoluer les esprits, il semble qu’une bonne partie de l’humanité pense encore vivre à l’âge de pierre, où certains êtres humains sont considérées comme des objets, des choses, et que quand une chose fait envie, y a qu’à se servir et si elle veut pas, on la force. Bouga bouga…

En regardant à nouveau l’article en question, je m’aperçois que le titre, comme d’habitude dans la presse, minimise carrément le sujet, au lieu de dire « justifient le viol » ou même soyons honnêtes, « violeraient dans certaines circonstances », ils disent « ne condamnent pas fermement tous les viols »… Tous les viols ? Non mais un viol c’est un viol, y a pas de « tous les viols », merde quoi. Nous vivons vraiment dans une société de merde, il se passe pas une journée sans que je m’en fasse la réflexion.

Image : Libre de droits – Isabella Quintana

Le bijoutier et le braqueur, mort

Aujourd’hui dans ma campagne de la Marne, un fait divers me rappelant un autre du même type à Nice, est arrivé. Un homme qui avait l’intention de cambrioler une bijouterie a été hélas abattu par ledit bijoutier. Pas étonnant : un gomme cogne contre un 9mm. (bien sûr sans autorisation de port d’arme en service), c’était joué d’avance….

Alors… Retirer la vie pour des bijoux qui de plus sont assurés donc seront remboursés au commerçant – il aurait pu apporter ensuite les preuves de sa bonne foi, vu qu’il avait, nous dit-on dans la presse, équipé sa bijouterie suite à un premier braquage (une leçon !) de tout le matériel dernier cri dont des caméras -, personnellement j’ai tendance à trouver ça un tantinet dégueulasse.

Mes convictions, de plus, me poussent à prévenir mon entourage, et ce tout le temps, à prévenir des personnes qui généralement, soit ont déjà compris (donc je prêche des convertis), soit ne savent pas ces choses non pas parce qu’ils sont ignorants ou stupides, mais simplement parce qu’ils n’ont pas encore regardé dans cette direction, il faut un temps pour tout, les découvertes dans la vie sont continuelles… Donc pour ceux qui n’ont jamais vu les choses de cette manière, ou qui ne se sont pas donné la peine de le faire ou qu’ils ont des intérêts à penser l’inverse de cela, quoi qu’il en soit, ce que ça me pousse à prévenir, c’est ceci : Le commerce est nuisible ! Et alors le commerce de luxe est le summum de la nuisance pour les raisons qui suivent :

Les clients des commerces de luxe sont en majorité (vous pouvez toutes les semaines aller acheter des bijoux vous ? Ben certains le peuvent) des personnes corrompues financièrement : les mafieux, les gros patrons… ETC…. Donc l’argent que la Société (nous) récupère par les impôts, par les achats aussi qui sont transformés ensuite en impôts et en taxes, de ces boutiques de luxe, n’est que de l’argent blanchi en très grande partie.

Une dernière chose : ce qu’ils vendent est selon moi inutile et la toute relative « beauté » ou « rareté » des objets (selon qui ? ? selon des critères qui sont des conventions précises qu’on a pas tous agrégés et qu’on nous a imposé comme étant la norme) ne justifient pas, selon moi, un prix disproportionné, et tout cela pour entretenir un défaut : la vanité, le narcissisme, forcer sur la séduction factice car basée sur le sens trompeur de la vue, pour les parfums, de l’odorat… Et non sur un jugement objectif….. Alors pour toutes ces raisons, je ne pense pas que défendre sa propriété ne vaille de retirer la vie d’un homme.

Renaud, toujours, chantait les Charognards pour un fait divers semblable. C’était en 75…  » Le 5 décembre 1975, un braquage avec prise d’otages, dans une banque de la rue Pierre Charon à Paris, finit mal pour ses auteurs (wikipedia) »

C’est bien fait pour ta gueule, tu n’es qu’un p’tit salaud,
On portera pas le deuil, c’est bien fait pour ta peau…

Et si c’était ton fils qui était couché par terre, le nez dans sa misère ?
Renaud Séchan, 1975

Image : Renaud au Printemps de Bourges en 1978 (domaine public)

Les pandores tourangeaux et l’expert en médiocrité de Slate (lobbyisme et démocrature)

Et voila encore une personne qui est certainement très experte es pratique du cannabis, le grand, l’immense, le superbe Jean-Yves Nau, titulaire (s’il vous plaît) de la « chaire journalisme et santé publique », et qui affuble le cannabis, une plante riche en tant de vertus thérapeutiques, du sobriquet charmant de « ce qui fait perdre la raison ».

Mais qui est donc cet expert en cannabis ?

Un ancien instituteur qui est entré au Monde comme journaliste juste après la période où ce dernier journal fut connu pour avoir publié des textes dédramatisant la pédophilie, des textes signés de pédophiles avoués comme Matzneff (voir cet article de wikipedia qui explique en détail cette période où Le Monde et Libé pour ne citer qu’eux ont publié des chroniques pédo… ça risque de casser quelques mythes…), et qui est donc aujourd’hui un journaliste en santé publique… Et ce brillant expert vient nous parler de ce qui fait perdre la raison

Alors pour ne pas extrapoler, ce monsieur de comparer les derniers chiffres policiers tourangeaux des contrôles d’automobilistes sous cannabis – et sous cannabis un conducteur n’est pas plus dangereux qu’un autre, sauf si c’est une personne qui n’a pas l’habitude ET qui a abusé du joint dans les dizaines de minutes qui précèdent, ce qui fait quand même beaucoup de facteurs différents – au très récent vote plus raisonnable que jamais, des députés de l’Uruguay qui ont acceptés que le projet de loi de légalisation du cannabis en passe au Sénat… Il affuble de guérillero le président, sous prétexte qu’il a fait partie des Tupamaros, et pour l’anecdote, ce dernier a tout de suite baissé son salaire à un smic local, et a continué à vivre sa vie de paysan modeste. Un vrai truand n’est-ce pas ? Bien plus que nos ministres et présidents qui s’enrichissent littéralement avec leurs fonctions politiques. Bref, ce n’est pas le sujet.

Le monsieur commence par nous citer La Nouvelle République qui, on le sait bien est un exemple d’impartialité et de moralité quant à la guerre aux drogues… Ha ! ha ! ha ! non… ce journal ne prend pas parti pour une certaine morale qu’on sait aujourd’hui motivée pour des raisons toute autres que celles qu’on nous a toujours affirmées comme étant les vraies, au détriment de la science et du pragmatisme, c’est évident… Comme beaucoup de ses homologues d’ailleurs. C’est que les faits divers au sujet de la plante, ça fait vendre, et ça entretient le mythe. Pour une substance qui n’a pas de dose létale, et qui soigne nombre de malades en leur permettant d’éviter de prendre des traitements aux multiples effets secondaires pénibles, enfin pour savoir ça, il faut s’être renseigné ailleurs que via des sources à partis pris pour la répression et le maintien des lois en la matière. Ce qui n’est ni le cas de la police qui continue à venir mentir ouvertement sur les plateaux de télévision (on peut prendre en exemple ce commandant de police qui soutenait dur comme fer que la plupart des pays qui ont pris le chemin de la légalisation faisaient marche arrière, chose qui n’est jamais arrivée puisque cette décision législative porte des fruits très positifs comme par exemple et paradoxalement, une baisse nette de la consommation chez les jeunes, une responsabilisation grâce à l’information réelle, qui fait suite à des années de désinformation des campagnes de sensibilisation qui utilisent comme encore chez nous, la politique de la peur, qui on le sait bien, ne fonctionne pas, preuve en est : la France qui a la politique la plus répressive d’Europe continue malgré ça à être le pays où il y a le plus de consommateurs aussi bien chez les adultes que chez les adolescents), ni celui des experts comme ce cher Jean-Yves et consorts.

Et de citer ensuite un gendarme et son petit texte nuisible, qui ne nous apprend pas qu’il fait des contrôles au faciès, du profilage… alors que c’est censé être illégal… non, on ne l’apprend pas, car on le savait déjà…

Des contrôles totalement au hasard ? Non : « Les conducteurs et usagés de cannabis ont un comportement et une attitude particulière », souligne le commandant tourangeau. Mais « sans en dévoiler plus ».

(copié collé tel quel, fautes comprises)

Ah mais oui, nous avons un comportement et une attitude particuliers, oui oui, on parle comme si on était au ralenti, et puis on marche aussi tout lentement, tu sais là comme les cosmonautes, et aussi ben on a tous les yeux rouge un bandeau dans les cheveux (longs et sales) et on lève tous les doigts en disant « Peace mon frère, que la force soit avec toi ».

Non mais vous nous prenez pour quoi sérieusement ? Ce texte contient des discriminations claires et nettes. Bref.

Alors l’expert donne longuement la parole à la répression qui on le sait est la mieux placée pour parler des effets de « ce qui fait perdre la raison »… C’est pour ça qu’on les envoie donner des informations pragmatiques (genre fumer c’est mal, ça tue et ça fait des accident et on peut chuter à l’héro…) dans les écoles, informer nos chères têtes blondes !

Et de faire la gloire des tests salivaires et urinaires qu’on sait non-fiables, étant donné que la limite fixée est totalement absurde, et qu’on peut être positif jusqu’à plus d’un mois après avoir fumé – alors que le cannabis agit seulement quelques heures tout au plus – sur un coup de stress, le corps pouvant provoquer des remontées de THC prises dans les réserves de graisses. Enfin nous on le sait mais ni les juges ni les toubibs ne souhaitent le prendre en compte, ils sont si pratiques et rapportent tant d’argent ces petites saloperies… Tout le monde se fout de nos gueules nous qui détenons dans nos boites à shit le remède contre plusieurs cancers… On se fout de nous, et ça nous fout tous de plus en plus en pétard, c’est l’cas d’le dire. Et qu’attendre d’autre d’une situation étouffante, injuste, où la police devient tortionnaire, où l’état ne veut RIEN voir et préfère continuer de monter la pression, c’est vrai ? Qu’attendre d’autre d’un peuple qu’on broie petit à petit ? Ignorant les millions de consommateurs qui n’en sont pas moins des citoyens que les autres mais qui sont pourtant considérés par cette partie de la presse, par certains journaux (tous, à part quelques indépendants), par la quasi totalité des politiciens et des élus français, et par leurs experts inutiles, comme des moins que rien juste bon à servir de pantins.

Un problème, c’est qu’on n’a la parole que là où on la prend. Parole est réservée, pour les masses, à ces experts de rien du tout, qui mentent et transmettent encore et toujours un venin malsain qui a donné comme résultat une situation pourrie de partout dans le monde et des épidémies de consommations de drogues toujours plus chimiques à cause des saisies et des pénuries qui en découlent et de la difficulté à produire et importer des produits safes, qui glorifient la guerre aux drogues qui est dénoncée en parallèle par d’autres personnes plus renseignées comme ce qu’elle est : un échec (dont paradoxalement une commission de l’ONU). Eux la dénoncent comme un échec, et ils ne peuvent pas trop aller plus loin car en vérité, l’échec n’est qu’une surface, cette guerre est une supercherie, une affaire de gros sous et de maintient des circuits parallèles des trafics qui rapportent de l’argent à des personnes au pouvoir, ce qui est de moins en moins un secret et peut de moins en moins passer pour des théories complotistes, surtout quand un ancien chef national de la police se fait choper, que des documents secrets de la CIA fuitent via des sites comme Wikileaks, etc…

francois_rabelais_gargantua_lyon_denis_de_harsy_1537
Libre de droits

Et l’expert de continuer à ne rien dire en citant le NY Times et le Wall Street Journal pour fustiger le président de l’Uruguay et de finir sans queue ni tête en évoquant Rabelais, Rabelais qui fit l’apologie de l’alcool à une époque où on ne connaissait pas les effets de ces boissons sur la santé, ce prêtre catholique qui dut publier ses livres (certes drôles aujourd’hui pour celui qui aime l’humour scatologique) sous un pseudonyme pour ne pas se faire excommunier de son église bien aimée, on ne critiquera pas davantage ici Rabelais, ni Chinon, mais on pourrait se demander le rapport entre l’un et l’autre, si ce n’est encore certainement un cliché, ou plutôt un fantasme : celui d’une pseudo-orgie de drogues en tout genre que pourrait représenter une légalisation selon un expert de rien du tout…

Non vraiment, Jean-Yves Nau, vous êtes vraiment expert en Santé ? Publique ou privée ? C’est étonnant que votre usurpation n’ait pas été mise au jour plus tôt, mais peut-être que des copains m’ont précédé lors d’une de vos dernières incursions pseudo-journalistiques dans un sujet de santé que manifestement vous tenez sur le bout des doigts…