Solide comme du cristal

T’as rien compris, prie qu’on convainque les cons au prix d’un rien en solde, solide comme un roc, et encore. T’as tout perdu, au nom du père, du bout de ficelle qui va se rompre, et des seins dans l’esprit qui rampe, agonise et va se prendre une crampe et se pendre, pendant que tous pédants ils perdent leur temps à se montrer leurs dents en silence, s’enlisent dans leurs convictions en évitant d’élire des truands, en outre t’as foncé dedans et tu t’es foncedé, t’es défoncé ou quoi ? Oui, bien sûr. C’est évident, un junkie vit d’envies empli de frustrations, sa santé s’effrite comme un mauvais shit acheté trop cher, le réchaud allumé, mets-lui ta kéta dessus, cuisine ta vie et fume-la. T’as jamais voulu faire comme tout le monde, quitte à frôler les ombres et éviter l’Homme, bref même une louve aime à jamais, mais celles de ton espèce sont des tas de merde. À quoi bon s’enfiler des perles de cyprine du bout des lèvres, en levrette ou en missionnaire, leur mettre des claques sur les fesses à ces salopes, fuis vite avant l’heure et évite les leurres, leurs sourires faux seront pour d’autres avant que ta faim soit repue, avant la fin. Enfin, pousse les Icares qui écartent les bras au bord des falaises, sois l’enfer que tu subis, faire en soi des nœuds de pendu, en attendant l’heure, la bonne. Mieux vaut être seul qu’accompagné d’une conne.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on RedditDigg thisShare on Tumblr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *